Changement climatique : Partie 1, dans laquelle nous explorons ce que c’est

Changement climatique : Partie 1, dans laquelle nous explorons ce que c’est

Changement climatique : Partie 1, dans laquelle nous explorons ce que c’est

Le 24 mai, des centaines de milliers de personnes dans 1664 villes de 125 pays ont participé à Global Strike for Climate. Globalement, 2019 a été l’année des manifestations pour le climat, grâce à Greta Thunberg et à de nombreux autres militants et sympathisants. Cependant, même si je suis passionné par la réduction des effets négatifs du réchauffement planétaire / changement climatique, je me rends compte que vous pouvez avoir beaucoup de questions et / ou de suppositions et / ou même de préjugés à ce sujet. Alors, aujourd’hui, naviguons ensemble dans la mer d’informations sur ce sujet et découvrons ce qu’il en est, pourquoi cela se passe, comment cela affecte (probablement) déjà votre vie, et plus encore.

Source : Pexels, @markusspiske

Changement climatique : F.A.Q. complète (espérons-le)

Le changement climatique n’est pas un sujet facile à aborder car il est multidimensionnel et complexe. Commençons donc par les bases. Qu’est-ce que c’est ? Comme son nom l’indique, le changement climatique est un changement des schémas climatiques mondiaux ou régionaux.
 
Attendez, les changements climatiques ne se produisent-ils pas naturellement ? Si, les changements climatiques ont déjà eu lieu – il est en fait courant que le climat change entre les périodes glaciaires (caractérisé par une réduction de la température et l’expansion des inlandsis continentaux et polaires et des glaciers alpins) et interglaciaires. La plupart de ces changements climatiques sont attribués à de très petites variations de l’orbite terrestre qui modifient la quantité d’énergie solaire que notre planète reçoit.
 

Source : Pexels, @jaymantri

Pourquoi le changement climatique est-il désormais synonyme de catastrophe ? Pour résumer, la raison en est que ce changement climatique n’est pas dans les limites de la marge « naturelle », il est atypique.
 
Qu’est-ce qui est si atypique ? La température moyenne du système climatique de la Terre continue d’augmenter au-delà du niveau « normal » à une vitesse sans précédent. Selon la NASA, la température moyenne à la surface de la planète a augmenté d’environ 0,9 degré Celsius depuis la fin du 19ème siècle. La majeure partie du réchauffement s’est produite au cours des 35 dernières années, les cinq années les plus chaudes jamais enregistrées étant enregistrées depuis 2010. Dans certaines régions, la température moyenne a augmenté de 2 degrés au cours des cinquante dernières années.

Source : Studio de visualisation scientifique de la NASA

Pourquoi devrions-nous nous soucier d’une différence de seulement 2 degrés ? Bien que 2 degrés ne semble pas être une énorme différence pour vous, cela a déjà un impact énorme sur le système climatique de la Terre. Dans l’ensemble, nous avons déjà connu des changements climatiques qui les rendent plus extrêmes (il existe même un terme de « conditions climatiques extrêmes ») – tempêtes, inondations, sécheresses, vagues de chaleur et de froid.
 
Les vagues de chaleur ne sont pas seulement mauvaises en elles-mêmes – elles entraînent également des incendies de forêt, des sécheresses (qui, à leur tour, affectent l’agriculture, la quantité de nourriture qui sera disponible et à quel prix) et causent la mort pour des raisons liées à la chaleur. Les vagues de froid entraînent également des décès liés au froid, au gel de l’eau dans les pipelines, à des réseaux électriques surchargés (car il faut plus d’énergie pour chauffer les bâtiments), ainsi qu’à des tempêtes de neige intensives qui paralysent l’infrastructure de transport.
 
Les vagues de chaleur et de froid sont l’impact le plus visible et le plus facile à remarquer. Les autres effets du changement climatique induit par l’homme incluent le recul des glaciers, l’élévation du niveau de la mer, la décimation de certaines espèces en raison de la diminution des disponibilités alimentaires et même la migration induite par le climat (lorsque les populations doivent migrer en raison de conditions météorologiques extrêmes, impact de l’élévation du niveau de la mer sur les villes côtières ou les catastrophes naturelles causées par le changement climatique).
 
Pourquoi le changement climatique se produit-il ? Il existe un consensus scientifique selon lequel les activités humaines sont le principal moteur de ce changement climatique. Comment ? Émissions de gaz à effet de serre, y compris le CO2. Les activités humaines depuis le début de la révolution industrielle (vers 1750) ont entraîné une augmentation de plus de 45% de la concentration atmosphérique en dioxyde de carbone (CO2), de 280 ppm au 18ème siècle à 409,78 ppm à compter du 26 mai 2019. La révolution industrielle a été rendue possible grâce aux combustibles fossiles que l’humanité a trouvés dans le sol (charbon, gaz naturel, pétrole, etc.), et leur combustion contribue fortement au changement climatique.
 
Dans son cinquième rapport d’évaluation, le Groupe intergouvernemental d’experts sur les changements climatiques, composé de 1 300 experts scientifiques indépendants de pays du monde entier placés sous les auspices des Nations Unies, a conclu qu’il existait une probabilité de plus de 95% que les activités humaines au cours des 50 dernières années ont réchauffé notre planète.
 
Pourquoi l’humanité doit-elle s’efforcer de minimiser l’impact du changement climatique ?
 
Selon la NASA, si nous ne faisons rien pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, la température mondiale devrait augmenter en moyenne de 6°C. Certains scientifiques soutiennent qu’un « désastre mondial » est déjà en train de se produire aux pôles de la planète; L’Arctique, par exemple, peut ne plus avoir de glace à la fin de la saison de fonte estivale dans quelques années seulement. D’autres experts s’inquiètent du fait que la Terre passe au moins un « point critique », à savoir des changements abruptes, peut-être irréversibles, qui font basculer notre climat dans un nouvel état.
 
Il ne suffit pas de changer votre mode de vie personnel pour produire le moins de CO2 possible. Nos gouvernements du monde entier doivent mettre en place des politiques permettant de réduire les émissions de CO2. Cela signifie, à son tour, changer la façon dont nous produisons tout, y compris la nourriture et l’électricité, la manière dont nous passons d’un endroit à un autre, et plus encore.
 
Voici un exemple de la façon dont votre changement de mode de vie personnel peut ne pas être pertinent pour lutter contre le changement climatique. Disons que vous avez acheté une voiture électrique. Bien entendu, sa production nécessite également certaines émissions de gaz à effet de serre. Le plus important est la provenance de l’énergie utilisée pour recharger la voiture. Si elle provient de sources d’énergie renouvelables, votre empreinte carbone sera alors inférieure à celle des voitures classiques – et vous rendrez service à la planète.
 
Toutefois, si l’énergie provient de centrales au charbon, la voiture électrique produira des émissions à vie similaires à celles des véhicules classiques les plus efficaces. C’est pourquoi il ne suffit pas de changer nos modes de transport, nous devons nous assurer que nos gouvernements s’efforcent de limiter les émissions de gaz à effet de serre. (Cela ne veut pas dire que vos choix personnels importent peu – ils le font !)

Source : Pixabay, @GoranH

Conclusion (Intermédiaire)

Lorsque j’ai commencé à écrire cet article, je ne m’attendais pas à ce que la première de ses trois parties contienne 1 000 mots. Je pense que la raison principale en est l’immensité des informations dont nous disposons sur le changement climatique et la complexité du phénomène lui-même. J’espère avoir répondu à autant de vos questions que possible.
 
L’essentiel est que ce changement climatique ne ressemble à aucun autre qui s’est produit dans le passé. C’est ce qui se passe et l’environnement ne nous montrera pas pitié si nous fermons les yeux sur cela. C’est un fait que nous, en tant qu’êtres humains, sommes la cause de ce problème et que nous devons maintenant nous en occuper – ensemble. Sinon, les conséquences pourraient être catastrophiques – et les générations futures en paieront les conséquences.
 
Dans les articles qui suivent, nous examinerons de plus près l’impact du changement climatique sur la France en particulier, les politiques de l’UE visant à en minimiser les conséquences et ce que vous pouvez faire vous-même pour aider à résoudre ce problème mondial. Restez à l’écoute !

Plus d’articles

Forum de l’orientation et de l’autonomie | Gap

Forum de l’orientation et de l’autonomie | Gap

Vendredi dernier, en tant que CIED, nous avons participé au forum de l'orientation et de l'autonomie à GAP. Nous avons eu l'occasion de discuter avec les jeunes, des parents et des professeurs souhaitant en savoir plus sur les différents programmes de mobilité, des...

lire plus
Notre partenariat stratégique Erasmus +

Notre partenariat stratégique Erasmus +

Pour tout savoir sur notre projet européen jeunesse visant l'Autonomie et coopération de groupes de jeunes reporters pour une citoyenneté active en coopération, cliquez ici ou sur l’image à droite Nos partenaires : Adegua(Espagne) IndieGesta(Italie) Fundacja Inkubator...

lire plus

Pourquoi les jeunes doivent aller au bureau de vote

Pourquoi les jeunes doivent aller au bureau de vote

La participation aux dernières élections européennes a été la plus basse de l’histoire, ce qui confirme le manque de liens entre les citoyens européens et ce qui se passe à Bruxelles.

Sur la participation de 61,99 % atteinte lors des premières élections tenues en 1979, la tendance à la baisse a été constante dans toutes les élections tenues. Il s’agit du chiffre le plus bas enregistré l’année dernière, avec une participation de seulement 42,54 %.

Les chiffres sont encore plus alarmants chez les jeunes. L’expérience a montré ce qui peut arriver lorsque les jeunes ne votent pas : le Brexit en est un exemple, l’abstention de jeunes électeurs a facilité la victoire inattendue des partisans de la sortie du Royaume-Uni de l’UE. Habituellement, les électeurs qui votent pour la première fois s’abstiennent plus que les électeurs plus âgés, ce qui confie la décision de leur avenir à la génération plus âgée. En 2014, seuls 27 % des jeunes européens âgés de 18 à 25 ans ont voté, ce qui montre la déconnexion de la nouvelle génération avec le projet européen.

L’Union européenne est souvent comprise comme une organisation située au-dessus de la citoyenneté et d’accès difficile. L’un des plus gros problèmes de mon pays, l’Espagne, est que la campagne se déroule davantage au niveau national qu’européen. Cela empêche les gens de se faire une idée de la manière dont ils affectent les décisions prises au Parlement européen, ce qui conduit au désintérêt et donc à une faible participation.

Depuis que je suis bénévole au Foyer Rural CEPAGE à Puget-Théniers, j’ai eu l’occasion de participer aux interventions que le centre d’information Europe Direct organise dans les lycées et qui ont pour but de sensibiliser les jeunes aux questions européennes. J’ai constaté que certains d’entre eux ne savaient même pas qu’ils pouvaient choisir les membres du Parlement européen (PE), et ceux qui l’avaient bien compris ne comprenaient pas très bien l’importance ou les fonctions réelles du PE. À mon avis, ce n’est que par l’éducation que l’on pourra créer une base et un intérêt sains pour la participation politique. De plus, je pense que des campagnes d’information sont indispensables pour éveiller l’intérêt à l’Europe dès le plus jeune âge.

L’Union européenne n’est pas parfaite et les Européens ont de nombreuses raisons d’aller aux urnes ce 26 mai, d’introduire de nouvelles préoccupations dans le débat politique et de l’améliorer.

  1. Les options europhobes se multiplient et peuvent constituer une force importante au Parlement. Bien que ce soit parfaitement légitime, il est toujours inquiétant que les partis qui veulent moins d’Europe deviennent l’une de ses principales forces politiques. Cela rend plus nécessaire que jamais la réponse des citoyens qui croient en l’Europe, car même s’il est normal qu’il existe des divergences sur le modèle européen que tout le monde veut, nous devons préciser clairement si nous voulons ou non de l’Union européenne.
  2. Ces élections sont très importantes face à la lutte contre le changement climatique. Ensemble, nous avons réalisé de nombreuses réalisations telles que l’amélioration de la qualité de l’air, l’interdiction des produits chimiques toxiques et une meilleure gestion des déchets. De nombreux problèmes dépassent les frontières entre les 28 pays et il sera beaucoup plus facile de les aborder ensemble.
  3. Nous allons aborder des questions qui nous intéressent directement, telles que la question des frontières et les flux migratoires. L’Union européenne a un rôle important à jouer dans les questions frontalières, le contrôle de l’immigration et l’aura encore plus à l’avenir. L’objectif de ces politiques peut varier selon que l’on choisit un parti social-démocrate ou un parti plus conservateur ou libéral.
  4. Les libertés que beaucoup de gens tiennent pour acquises — telles que la liberté de la presse, le droit de réunion et le droit de manifester — sont menacées. Le Parlement européen et la Commission peuvent contester certaines des lois qui enfreignent nos droits, comme le Parlement l’a déjà fait en demandant des sanctions aux gouvernements qui ont promulgué des lois limitant ces droits.

Le 26 mai, vous aurez l’occasion d’exiger une société juste et égale qui n’abuse pas de nos droits ni de notre planète.

Belén A

Plus d’articles

Forum de l’orientation et de l’autonomie | Gap

Forum de l’orientation et de l’autonomie | Gap

Vendredi dernier, en tant que CIED, nous avons participé au forum de l'orientation et de l'autonomie à GAP. Nous avons eu l'occasion de discuter avec les jeunes, des parents et des professeurs souhaitant en savoir plus sur les différents programmes de mobilité, des...

lire plus
Notre partenariat stratégique Erasmus +

Notre partenariat stratégique Erasmus +

Pour tout savoir sur notre projet européen jeunesse visant l'Autonomie et coopération de groupes de jeunes reporters pour une citoyenneté active en coopération, cliquez ici ou sur l’image à droite Nos partenaires : Adegua(Espagne) IndieGesta(Italie) Fundacja Inkubator...

lire plus

Quelles actualités relatives à l’UE ont retenu l’attention des médias ukrainiens ? (27/04-04/05)

Quelles actualités relatives à l’UE ont retenu l’attention des médias ukrainiens ? (27/04-04/05)

Vous êtes-vous déjà demandé ce que les médias d’autres pays ont à dire sur l’UE ? Notre volontaire ukrainienne en Corps Européen de Solidarité a examiné les médias ukrainiens pour sélectionner des actualités sur l’UE au cours de la semaine écoulée. Voici trois actualités qui, selon elle, pourraient vous intéresser.

1. Le tribunal administratif du district de Kiev a suspendu le concours de sélection de candidats à la Cour européenne des droits de l’Homme. La principale raison à cette décision est que la procédure n’est pas conforme aux normes internationales, y compris aux conditions imposées par le Conseil de l’Europe. (Source : http://bit.ly/2PXXDNK)

2. Le 3 mai, des diplomates ukrainiens et des membres de la diaspora ukrainienne en Belgique ont organisé une manifestation pour soutenir Roman Sushchenko, un journaliste ukrainien actuellement prisonnier politique de la Fédération de Russie. (Source : http://bit.ly/2Jf4oue)

3. La manifestation organisée à Paris à l’occasion de la Journée internationale des travailleurs et travailleuses était sous les projecteurs des médias ukrainiens ce 1er mai. En particulier, les médias ukrainiens ont consacré la plus grande partie de leur attention aux affrontements entre manifestants et police. (Source : http://bit.ly/2vO6B78)

Bonus: il y a encore deux actualités qui ont retenu l’attention en Ukraine. La première est que les pays de l’UE ont cessé d’imprimer des billets de 500 euros (les deux derniers pays à avoir fait cela étaient l’Allemagne et l’Autriche). La seconde est que Visa et Mastercard ont réduit les frais de commission pour les transferts entre les pays de l’UE de 40% conformément à la législation de l’UE relative aux monopoles (sur la concurrence). (Sources : http://bit.ly/2LxiR6y et http://bit.ly/2LB3Ssw)

ENG

Ever wondered what other countries’ media sources have to say about the EU? Our ESC volunteer from Ukraine has taken a look through Ukrainian media to see what kind of attention the EU got over the past week. Here are three stories she thought might be interesting for you to find out about as well.

1. The District Administrative Court of Kyiv has suspended the competition for selecting candidates to the European Court of Human Rights. The key reason for this decision is that the procedure doesn’t comply with the international standards, including the terms imposed by the Council of Europe. (Source: http://bit.ly/2JxjJFz)

2. On May 3, Ukrainian diplomats and members of Ukrainian diaspora in Belgium held a demonstration to support Roman Sushchenko, a Ukrainian journalist who is currently a political prisoner in the Russian Federation. (Source: http://bit.ly/30e9hsE)

3. The demonstration held in Paris on the International Workers’ Day was in the spotlight of Ukrainian media on May 1. In particular, Ukrainian media dedicated most attention to the clashes between protesters and the police. (Source: http://bit.ly/2Hcza4s)

Bonus: there are two more pieces of news that got some attention in Ukraine. The first one is that EU countries stopped printing 500 euro banknotes (the last two countries to do that were Germany and Austria). The second one is that Visa and Mastercard reduced the commission fees for transfers between the EU countries by 40% according to the EU anti-monopoly (competition) legislation. (Sources: http://bit.ly/2HeNR62 and http://bit.ly/30bjAh5)

Plus d’articles

Forum de l’orientation et de l’autonomie | Gap

Forum de l’orientation et de l’autonomie | Gap

Vendredi dernier, en tant que CIED, nous avons participé au forum de l'orientation et de l'autonomie à GAP. Nous avons eu l'occasion de discuter avec les jeunes, des parents et des professeurs souhaitant en savoir plus sur les différents programmes de mobilité, des...

lire plus
Notre partenariat stratégique Erasmus +

Notre partenariat stratégique Erasmus +

Pour tout savoir sur notre projet européen jeunesse visant l'Autonomie et coopération de groupes de jeunes reporters pour une citoyenneté active en coopération, cliquez ici ou sur l’image à droite Nos partenaires : Adegua(Espagne) IndieGesta(Italie) Fundacja Inkubator...

lire plus